Vaccins Pfizer Vs Moderna : différences et points communs

Deux vaccins contre le coronavirus sont désormais autorisés aux Etats-Unis. En effet, le remède estampillé Moderna a été autorisé par l’Agence américaine des médicaments (FDA) le 18 décembre 2020, exactement une semaine après le feu vert accordé par la FDA au vaccin de l’alliance Pfizer-BioNTech. Quels sont leurs points communs et leurs différences ? Nous vous apportons des éléments de réponse dans les prochaines lignes.

Le vaccin de Moderna a été développé en collaboration avec les National Institutes of Health des États-Unis, institution gouvernementale étasunienne qui se consacre à la recherche médicale et biomédicale. Dans des documents fournis à la FDA, la société pharmaceutique Moderna a rapporté que son essai clinique de phase III, portant sur une cohorte de plus 30 000 personnes, était efficace à 94,1%. Il y a quelques semaines, Pfizer révélait que son propre vaccin présentait une efficacité de 95%.

Comment interpréter ces pourcentages presque similaires ? C’est assez logique selon Susanna Naggie, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’Université Duke, les deux vaccins COVID-19 sont “beaucoup plus semblables qu’ils ne sont différents”.

Chez Moderna, l’efficacité est encore plus élevée pour les sujets  âgés de 18 à 64 ans (95,6%). En revanche, seules 86,4% des personnes âgées de plus de 65 ans ayant été vaccinées dans le cadre de son essai clinique n’avaient pas rencontré le virus. Pour Pfizer, l’efficacité de son vaccin est comparable dans les groupes d’âge allant de 16 à 89 ans.

La moindre efficacité du vaccin Moderna sur le groupe d’âges “des plus de 65 ans” est-elle inquiétante ? A en croire Jacqueline Miller, responsable du développement des maladies infectieuses au sein de cette société de biotechnologies, la différence observée “n’est pas statistiquement significative”, elle repose sur un petit nombre de cas pour les sujets du groupe d’âge le plus avancé (4 personnes COVID+ qui avaient été vaccinées et 29 personnes COVID+ n’ayant pas été vaccinées, c’est à dire appartenant au groupe Placebo.)

Les deux vaccins nécessitent deux doses pour octroyer à la population une meilleure protection. Cela étant, les premières preuves suggèrent que la thérapie de Moderna semble donner lieu à de meilleurs résultats deux semaines après la première dose. 

Il convient d’attendre respectivement 21 et 28 jours pour les remèdes de Pfizer et Moderna entre les deux injections. Après que les personnes participant à l’essai Pfizer aient reçu leur première dose, 39 cas de COVID-19 ont été recensés dans le groupe vaccin et 82 cas dans le groupe placebo, ce qui a donné au vaccin une efficacité de 52,4%. Moderna démontre en revanche une efficacité à hauteur de 80,2% après la première dose. Un pourcentage qui doit être aussi être relativisé, eu égard au nombre relativement faible de cas identifiés dans les groupes vaccinés / placebo du sous-ensemble de participants à l’essai.

Un vaccin désigne un produit pharmaceutique qui vise à stimuler le système immunitaire, l’incitant à cibler spécifiquement et éliminer un pathogène. Les deux vaccins de Pfizer et Moderna font partie de la famille des vaccins à acides nucléiques. Le brin d’ARN qu’ils transportent occasionnent la fabrication de l’antigène du coronavirus à la cellule. Le système immunitaire réagit à son tour en développant les anticorps qui neutralisent l’antigène. Ces types de vaccins ne présentent pas de risque pour notre matériel génétique.