Le Covid-19 a fait tripler le taux de dépression aux USA

La pandémie de coronavirus n’a manifestement pas été sans conséquences sur le plan psychologique. Une récente étude réalisée Outre-Atlantique rapporte un triplement du taux de dépression à la mi-avril chez les adultes américains, par rapport à la période pré-confinement.

Le principal auteur de cette recherche parue dans la revue Jama Network Open est le Docteur Sandro Galea, Dean et Robert A. Knox, professeur à la Boston University School of Public Health. Il rappelle en préambule que la “dépression générale double après des événements traumatiques survenus à grande échelle”, à l’image de l’épidémie d’Ebola ou les attentats du 11 septembre 2011.

Des études effectuées en Asie ont montré les méfaits sur la santé mentale de la crise sanitaire, mais elles se concentraient sur des populations spécifiques telles que les étudiants et les professionnels de santé. Le travail mené par les chercheurs bostoniens est inédit dans la mesure où il s’intéresse pour la première fois à l’évolution de la prévalence de la dépression à l’échelle nationale avant et pendant l’épidémie de Covid-19.

Pour ce faire, les auteurs ont notamment eu recours au PHQ-9, un outil “de repérage et d’appréciation de la sévérité des symptômes dépressifs”. Ils ont également recueilli des données portant sur les facteurs de stress inhérents à la pandémie, dont le décès d’un proche des suites du virus, la perte d’emploi et des problèmes financiers. Les données utilisées sont des questionnaires renseignés par 5065 personnes ayant participé en 2017 – 2018 à l’enquête nationale sur la santé et la nutrition, ainsi que des questionnaires renseignés par 1 441 personnes dans le cadre de l’étude COVID-19 Life Stressors Impact on Mental Health and Well-Being (CLIMB), réalisée du 31 mars au 13 avril 2020, quand 96% de la population américaine était confinée.

La tendance est équivoque : 27,8% des adultes présentaient des symptômes de dépression à la mi-avril, contre seulement 8,5% avant la pandémie. Si l’augmentation de ces symptômes a été observée parmi tous les groupes démographiques, ce sont davantage les personnes en insécurité financière qui étaient concernées par ces problèmes d’ordre psychologique. Une personne ayant moins de 5 000 dollars d’économie était en effet 50% plus susceptible d’avoir des symptômes de dépression qu’une personne bénéficiant de plus de 5 000 dollars d’épargne.

Au 3 septembre 2021, on recense 185 644 décès des suites du Covid-19 aux Etats-Unis pour 6 129 599 cas recensés.