COVID-19, pas plus de risque de retourner à l’école que de rester à la maison

Il n’y a pas un risque accru de contracter le Covid-19 lorsqu’on se rend actuellement à l’école au Royaume-Uni.  C’est la conclusion d’une récente étude réalisée par les scientifiques de Public Health England (PHE).

En France comme dans les autres pays européens très affectés par l’épidémie de Coronavirus, il y a forcément un sentiment d’inquiétude qui anime les parents et le personnel enseignant en cette période de rentrée scolaire.

PHE, une agence du département de la santé britannique, livre des informations rassurantes au travers sa dernière étude. Le personnel et les élèves de primaire qui ont repris le chemin de l’école dans le cadre du Summer Term – le dernier trimestre dans le système scolaire britannique – ont été testés. Parmi les 12 000 enfants et adultes concernés, seuls 0,02% ont été testés positifs.

Ces résultats confortent des recherches antérieures menées par le PHE qui montraient elles aussi un faible nombre de cas positifs recensés dans les établissements scolaires. 

Des chiffres qui sont tout de même à nuancer dans la mesure où l’étude a été concrétisée à une période où l’on recensait peu de cas dans les régions concernées.

Les scientifiques ont analysé un autre échantillon concernant 2 100 adultes et enfants, il a révélé que respectivement 10,6% et 12,7% des élèves et personnels avaient contracté le virus par le passé (test sérologique).

A l’image des adaptations sanitaires mises en oeuvre dans l’Hexagone, les écoles du Royaume-Uni ont pris des dispositions pour lutter contre la transmission du virus. Au sein de certains établissements, des classes ne sont pas même pas autorisées à interagir entre elles, en effet elles constituent chacune une bulle à part entière. S’ajoute notamment à cette disposition le recours aux heures de démarrage échelonnées.

L’étude du PHE montre également que les enfants et personnels qui fréquentent les écoles ne sont pas davantage susceptibles d’être testés positifs aux anticorps que ceux qui ne fréquentent pas l’école ou qui s’y rendent moins souvent.

“Bien que ces résultats soient préliminaires, ils devraient être très rassurants pour les parents qui peuvent être inquiets que leurs enfants retournent à l’école” a commenté le Dr Shamez Ladhani, consultant épidémiologiste du PHE. Néanmoins, les experts s’accordent à dire que d’autres études sont nécessaires, elles doivent être réalisées lorsque tous les enfants sont bien retournés à l’école.