Un stress oxydatif précoce pourrait allonger la durée de vie

Le stress ressenti pendant l’enfance pourrait favoriser l’allongement de la durée de vie d’après des chercheurs américains. 

Le stress oxydant ou oxydatif est accusé d’être à l’origine de nombreuses maladies chroniques. Cela étant, il pourrait aussi rendre notre organisme plus résistant sur la durée. 

Des scientifiques de l’Université de Michigan ont découvert que des vers de la famille des Rhabditidae qui produisaient plus d’oxydants durant leur phase de développement vivaient plus longtemps que leurs homologues qui en produisaient moins.

Les chercheurs ont plus précisément observé que la production temporaire d’oxydants durant le développement occasionnait des changement dans les histone désacétylases, qui jouent un rôle important dans la régulation de l’expression génétique.

“Vivre du stress à ce stade précoce de la vie peut vous aider à mieux combattre le stress que vous pourriez rencontrer plus tard dans la vie”, ont déclaré Ursula Jakob et Daphne Bazopoulou, auteurs de cette étude.

“Il est possible que les premiers événements de la vie affectent la prédisposition à développer plus tard des maladies telles que la démence et la maladie d’Alzheimer” commente Jakob.