Un coeur de porc génétiquement modifié greffé sur un patient aux Etats-Unis

Une étape majeure a été franchie pour les xénogreffe ce vendredi 7 janvier 2022. En effet, des médecins du Maryland sont parvenus à greffer pour la première fois sur un patient un coeur provenant d’un porc génétiquement modifié.

Le patient en question, appelé David Bennett et âgé de 57 ans, ne pouvait ni bénéficier d’une transplantation d’un cœur humain ni d’un cœur artificiel, eu égard à ses problèmes de santé. Atteint d’une maladie cardiaque en phase terminale, il était jusqu’à présent hospitalisé, branché à un appareil qui lui seul pouvait le maintenir en vie.

Il avait bien conscience de la gravité de la situation et a donné son accord à cette intervention expérimentale approuvée environ deux semaines auparavant par la FDA. “C’était soit la mort, soit cette greffe. Je veux vivre. Je sais que c’est assez hasardeux, mais c’était mon ultime chance” a-t-il expliqué la veille de la chirurgie.

L’organe salvateur a été fourni par Revivicor, une entreprise qui s’était déjà distinguée à l’automne dernier en prélevant un rein d’un porc lui aussi génétiquement modifié, organe ayant ensuite été transplanté avec succès sur une patiente en état de mort cérébrale affectée par un dysfonctionnement rénal.

Revivicor a mis en oeuvre plusieurs modifications génétiques pour favoriser les chances de la chirurgie : six gènes humains ajoutés pour que le cœur soit mieux accepté par l’immunité, trois gènes délétés dans le but de limiter le rejet du coeur et un dernier gène visant à contenir la croissance des tissus porcins.

“La réussite de la procédure a fourni des informations précieuses pour aider la communauté médicale à améliorer cette méthode potentiellement vitale chez les futurs patients”, a commenté Muhammad M. Mohiuddin, l’un des chirurgiens qui a réalisé cette intervention dans le Maryland.

David Ayares, directeur scientifique de Revivicor, a lui aussi fait part de son enthousiasme à l’issue de l’opération. “Cette transplantation est révolutionnaire, et un pas de plus dans l’étude des xéno-organes à usage humain” a-t-il expliqué aux journalistes.

Selon Statista, 3 552 transplantations cardiaques ont été effectuées aux Etats-Unis en 2019.