La malbouffe de nouveau accusée d’être responsable de problèmes de santé

Une nouvelle étude étasunienne suggère que la consommation de malbouffe est fréquemment associée aux maladies inflammatoires de l’intestin telles que la maladie de Crohn.

Diabète, maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle…la junk food serait nocive à divers égards à en croire les scientifiques. 

Une récente enquête réalisée par des chercheurs révèle désormais que les principaux aliments qualifiés de “malbouffe” sont largement consommés par les adultes américains atteints de maladies inflammatoires de l’intestin. Les résultats de cette étude menée par des chercheurs de l’Institut des sciences biomédicales de l’Université d’État de Géorgie ont été publiés dans la revue PLOS One.

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs ont analysé les données de la National Health Interview Survey de 2015, une grande enquête sanitaire effectuée chaque année aux Etats-Unis, qui portait sur les habitudes alimentaires de 103 789 participants âgés de 18 à 85 ans.

Les chercheurs ont notamment observé que les frites, les biscuits, le fromage, les sodas et les boissons énergisantes sont couramment présents dans le régime alimentaire des adultes américains souffrant de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse. De même, ils ont constaté que les personnes atteintes de ces pathologies étaient plus susceptibles de boire des quantités plus faibles de jus de fruits 100% pur jus.

Si les résultats ne les ont pas surpris, ils estiment que d’autres facteurs pourraient contribuer à augmenter la prévalence de ces maladies. Les personnes résidant dans une zone classée comme désert alimentaire semblent davantage risquer de développer ces affections, tout comme celles qui recourent aux méthodes de cuisson et de transformation des aliments, à l’image de la friture.