Vers une meilleure prévention des éruptions volcaniques ?

En tentant de déterminer l’origine du diazote contenu dans l’atmosphère, une équipe de chercheurs a constaté que les volcans émettent des gaz constitués d’un azote spécifique durant leur phase de réveil. Cela pourrait aider les scientifiques à prévoir plus précocement les éruptions volcaniques.

On trouve dans l’atmosphère 78 % de diazote et 21 % de dioxygène (O2), un mélange qui n’a pas d’équivalent dans le système solaire. A titre de comparaison, Mars et Vénus bénéficient d’une atmosphère principalement constituée de CO2.

Ce diazote composant une part non-négligeable de notre atmosphère terrestre, des scientifiques ont voulu déterminé sa provenance. Pour ce faire, Jabrane Labidi, chercheur à l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/IGN) et d’autres collègues chercheurs ont prélevé des échantillons de gaz sur plusieurs sites volcaniques, dont celui situé à Yellowstone, dans l’Etat du Wyoming.

Ils ont fait appel à un spectromètre de masse de nouvelle génération pour déterminer si les atomes d’azote étaient analogues à ceux identifiés dans l’atmosphère. « On a montré que le diazote issu de magmas formés dans le manteau ne présente la même composition isotopique que celui de l’atmosphère : il contient un peu de diazote 15 », rapporte Labidi.

De plus, les analyses effectuées dans les geysers de Yellowstone révèlent la présence de faibles quantités de gaz magmatiques, ce qui trahit la présence d’un volcan géant encore en sommeil.

Ces mesures de précision aideraient à prévoir le réveil de volcans explosifs, notamment les éruptions dites phréatomagmatiques, liées à la rencontre entre le magma ascendant et l’eau superficielle. 

La technique sollicitée permet détecter un changement de composition chimique alors que le magma se trouve encore en profondeur. Ainsi, il serait possible d’anticiper l’éruption quelques jours avant qu’elle ne survienne, ce qui n’est pas le cas actuellement. En effet, les outils aujourd’hui utilisés par les volcanologues leur permettent seulement de donner l’alerte quelques heures avant le phénomène.

L’origine de l’azote atmosphérique reste quant à elle un mystère. Des scientifiques suggèrent que l’azote atmosphérique pourrait avoir été apportée par des des astéroïdes ou des comètes de nature différente de celle des petites planètes à partir desquelles la Terre se serait formée.