Un satellite pour surveiller avec précision les fortes émissions de méthane

Depuis le début du mois, un satellite très sophistiqué surveille les émissions de méthane, l’un des principaux gaz à l’origine du réchauffement climatique. Il constitue le premier appareil d’une constellation de 10 satellites qui doivent être lancés d’ici 2022.

Le satellite a été développé par l’entreprise québécoise GHGSat, le 2 septembre 2020. Il a pour fonction de cartographier les panaches de méthane dans l’atmosphère, à une résolution de 25 mètres. 

En juin 2016, GHGSat avait déjà mis en orbite un satellite dont le but est de surveiller les émissions de méthane et de dioxyde de carbone émanant de sites industriels pétroliers et gaziers. Iris récolte quant à lui des données supplémentaires qui doivent faire l’objet d’une analyse dans un nouveau centre installé à Londres et à Edimbourg.

GHGSat a récemment renforcé ses liens avec l’Agence spatiale européenne, qui exploite le satellite Sentinel-5P de l’UE. Cet appareil présente aussi une capacité de surveillance en déterminant au quotidien les émissions de gaz, mais à une résolution de seulement 7 km.

Si Iris se focalise sur des sites spécifiques, il est envisageable d’en tirer profit pour s’assurer des efforts que consentent des États et des entreprises en matière de pollution et de lutte contre les gaz à effet de serre.

L’impact du méthane sur le changement climatique est considérable, en dépit de sa relative brève durée de vie, estimée à 12 années.

D’après le rapport sur l’état du climat publié l’année dernière par l’Organisation météorologique mondiale, la concentration actuelle de méthane correspond à 250% de la concentration de ce gaz recensée à l’ère préindustrielle, avant 1750.

Le prochain satellite nommé Hugo est actuellement en phase de test, il doit être lancé avant la fin 2020. GHGSat vient d’obtenir un nouveau financement à hauteur de 30 millions de dollars (25,8 millions d’euros), lui permettant de concrétiser la fabrication des nouveaux appareils qui suivront Hugo en orbite.