Un frelon asiatique géant a été repéré ces derniers mois aux Etats-Unis

Depuis 2004, le frelon asiatique constitue en France une menace réelle pour les exploitations de nombreux apiculteurs. De l’autre côté de l’Atlantique, c’est une autre espèce qui inquiète actuellement les scientifiques, il s’agit du frelon géant, surnommé le frelon tueur.

Encore plus dangereux que le déjà redouté frelon asiatique, le frelon asiatique géant a été repéré ces derniers mois aux Etats-Unis. Cette espèce qui a la faculté d’anéantir des colonies d’abeilles est susceptible de mesurer jusqu’à 5,5 centimètres de longueur. Des chercheurs de l’Université Washington State et du Département de l’Agriculture de l’Etat de Washington (WSDA) ont tenté de déterminer sa capacité à s’établir en Amérique du Nord. Leur étude a été publiée le 22 septembre 2020 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Selon eux, ces frelons géants pourraient notamment s’épanouir dans l’ouest Washington – la région située à l’ouest des monts Cascade, dans la mesure où elle présente des similitudes à leur habitat d’origine, à savoir des contreforts montagneux, au cœur des forêts. Le climat du sud-ouest de la Colombie Britannique et de l’Oregon est également favorable à ce type de frelon qui a la faculté de parcourir jusqu’à 68 miles par an (près de 110 kilomètres). Dans le pire des cas, ces insectes pourraient s’établir dans tout l’ouest Washington et l’Oregon d’ici 20 ans.

La plupart des abeilles du continent nord-américain n’ont pas de défenses naturelles contre cette espèce. Selon le Dr. David Crowder, l’un des auteurs professeur entomologiste à l’Université de Washington State,  il n’y a fort heureusement “aucun nid actif aux Etats-Unis”. Il convient toutefois de contenir sa propagation, sous peine de la voir “dévaster la population d’abeilles et l’industrie apicole.”

Comment empêcher le pire de survenir ?

Les scientifiques ont récemment posé des pièges près de la frontière canadienne, dans le nord-ouest de l’Etat de Washington. “Des chercheurs du WSDA travaillent également au développement de pièges plus puissants, en synthétisant une phéromone qui attire les insectes” précise Crowder.

L’étude nous apprend aussi que le frelon géant asiatique pourrait trouver d’autres environnements favorables sur la côte est ainsi qu’en Amérique du Sud, en Afrique, en Australie et en Europe, à la faveur des transports de marchandises.

Quid du danger que présente cette espèce pour l’homme ? La piqûre d’un frelon géant asiatique “n’est pas fondamentalement différente de celles des autres guêpes et abeilles qui tuent” conclut Crowder.