Woman photo created by freepik – www.freepik.com

Les animaux de compagnie sont susceptibles d’attraper le Covid par leurs maîtres

Selon une dernière étude néerlandaise, les animaux de compagnie sont susceptibles d’être infectés au Covid-19 par leurs maîtres. Cette information ne devrait pas rassurer la communauté scientifique au moment où le nombre de contaminations semble repartir à la hausse dans plusieurs pays.

Des chercheurs de l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) ont demandé à une clinique vétérinaire mobile de se rendre au sein de près de 200 ménages dont les membres ont été positifs au nouveau coronavirus au cours des 200 derniers jours.

Des  écouvillons ont été prélevés sur 310 animaux appartenant à ces ménages qui n’ont pas échappé à l’épidémie. Six chats et sept chiens ont renvoyé un résultat de PCR positif, tandis que 54 animaux ont été testés positifs pour les anticorps viraux. Au moment où les tests ont été effectués, cela représente 4,2 % de bêtes positifs au Covid-19 et 17,4% d’animaux ayant déjà été contaminés et par conséquent ayant développé des anticorps.

“Si vous avez le Covid, vous devez éviter tout contact avec votre chat ou votre chien, comme vous le feriez avec d’autres personnes”, a déclaré le Dr Els Broens, l’un des chercheurs de l’Université d’Utrecht à l’origine de cette recherche.

Selon les scientifiques, la maladie ne représente pas une menace importante pour les animaux de compagnie.  La plupart d’entre eux ont effet tendance à être asymptomatiques ou à présenter de légers symptômes. En revanche, ils redoutent que ces mammifères “agissent comme réservoir du virus et le réintroduisent dans la population humaine.”

Une crainte qui reste toutefois relative à l’heure où nous rédigeons ces lignes, ils affirment que la voie la plus probable de transmission du virus est de l’homme à l’animal, plutôt que l’inverse.

Malgré tout, “nous ne pouvons pas affirmer avec certitude qu’il y a 0% de risque que les propriétaires attrapent Covid de leurs animaux de compagnie”, a indiqué le Dr Broens.

De manière préventive, les vétérinaires en Russie ont commencé à vacciner certains animaux contre la maladie. Une étude distincte concrétisée par l’Université de Guelph en Ontario, au Canada, a démontré que les chats qui dormaient sur le lit de leur propriétaire semblaient être particulièrement exposés au risque d’infection. Environ 67 % des chats et 43 % des chiens possédés ont été testés positifs, contre 9 % des chiens et des chats d’un refuge pour animaux et 3 % des chats errants de la région.

Les chats seraient plus susceptibles d’être infectés par le virus en raison de leur biologie. D’autre part, les félins ont davantage tendances à trouver le sommeil près du visage de leur propriétaire que les chiens, favorisant les risques d’infection. Un quart des animaux présentaient un symptôme de la maladie, allant d’une perte d’appétit à des difficultés respiratoires.