Fred Hoyle

Le jour où Fred Hoyle voulut se moquer d’une bonne idée

Une chose peut être importante, pour certaines personnes, la façon dont on se souviendra d’elles après leur mort. Par exemple, sur ce sujet, Victor Hugo, Albert Einstein ou Mozart n’ont pas trop de soucis à se faire. Parfois, on ne se souvient pas directement de la personne, mais de ce qu’elle a laissé, et son souvenir reste auprès des passionnés. Par exemple, Edwin Hubble et la découverte des galaxies. Et puis il y a ceux qui laissent quelque chose qu’ils auraient préférés qu’on oublie. Dans ce cas, il y a Fred Hoyle.

Fred Hoyle, cosmologiste et astronome

L’invention de la nucléosynthèse

La nucléosynthèse schématisée

Fred Hoyle était un cosmologiste et astronome, un anglais pur jus, qui aimait à manier le télescope, l’ironie et la cuiller dans sa tasse de thé de dix-sept heures. Il fut un des pionniers de la nucléosynthèse.

Par exemple, il fut un des quatre scientifiques à signer un article demeuré célèbre, « B2FH », qui démontre que la plupart des éléments constitutifs de l’univers ont été « forgés » au cœur des étoiles à partir principalement d’hydrogène. Et que tous, absolument tous les éléments qui constituent l’univers, exception faite de l’hydrogène, d’un peu d’hélium et de lithium, ont été créés au sein des étoiles.

Y compris les atomes qui nous constituent, vous et moi. Vous connaissez l’expression « nous sommes tous de la poussière d’étoiles » ? Et bien voilà ce qui l’a inspirée. Une licence poétique avec une base scientifique.

Mais ce n’est pas ce que l’on retient le plus de Fred Hoyle.

La nucléosynthèse est la formation des atomes “lourds” au cœur des étoiles en réorganisant les atomes d’hydrogène. Le coeur des étoiles est le seul endroit de l’univers où les conditions de température et de pression sont suffisantes pour cette opération.

La naissance de la panspermie

Fred Hoyle était aussi un grand défenseur de la théorie de la panspermie. Pour simplifier, il partait du principe que la Terre était trop jeune pour que la vie y soit apparue spontanément, un tel processus mettant des milliards d’années. Il pensait que la planète, une fois les conditions de la vie apparues, avait été « fécondée » par des astéroïdes venus de systèmes beaucoup plus vieux et qui contenaient des micro-organismes primitifs.

La théorie de la panspermie existe toujours aujourd’hui. Elle n’est pas prouvée, elle n’est même pas au sommet des théories les plus privilégiées pour expliquer l’apparition de la vie mais elle a suffisamment de défenseurs pour être considérée.

Mais ce n’est pas ce que l’on retient le plus de Fred Hoyle.

La panspermie est la théorie selon laquelle la vie aurait été apportée sur Terre de systèmes plus anciens par l’intermédiaires de météorites.

Fred Hoyle fait exploser une idée

Expansion de l’univers

Fred Hoyle avait une marotte. Une obsession. Pour lui, l’univers était stable. L‘expansion de l’univers, il n’y croyait pas du tout. Il avait ça en commun avec Einstein, ou presque : Albert Einstein avait été un détracteur de la théorie de l’expansion de l’univers, jusqu’à ce qu’on lui présente des éléments de preuve. L’auteur des théories de la relativité avait alors changé d’avis.

Mais pas Fred Hoyle. Non, lui n’en démordait pas, il soutenait mordicus que l’univers avait toujours été là, qu’il serait toujours là, simplement en changeant de forme (sinon il aurait contredit sa théorie de la nucléosynthèse).

Et si il s’opposait violemment à la théorie de l’expansion de l’univers, une autre lui faisait perdre tout son flegme britannique, l’idée selon laquelle on pourrait remonter le chemin de cette expansion pour arriver à un noyau primordial d’où tout serait parti. Cette idée nouvelle, elle a moins de trente ans quand se déroule notre histoire, révulse littéralement Fred Hoyle.

Mais, nous l’avons dit au début, si Hoyle a une marotte, il a aussi un don pour l’ironie. Et donc, il préfère se moquer de ces idées, absurdes selon lui. Mais, et gardez ça à l’esprit, à l’époque, la théorie n’a pas encore franchi les portes de labos. Ces histoires d’atome primitif ne parlent pas au public, qui a du mal à se représenter le concept. Il manque quelque chose pour la populariser, comme une expression facile à retenir et imagée.

Dans les années 1950, sur la BBC, les scientifiques sont régulièrement invités pour parler de découvertes au public. Ils sont interrogés sur leurs travaux et ceux de leurs confrères. Oui, c’était le bon temps.

Et Fred Hoyle est un de ces invités. Un jour, dans une émission, le présentateur lui parle de la théorie de l’expansion de l’univers, du chemin inverse, et du noyau primordial. Fred Hoyle éclate de rire, et demande en retour : « Et comment croyez vous que l’univers soit apparu ? Ce noyau aurait explosé en faisant un big bang ? ».

Et c’est ainsi que la théorie du big bang se popularisa, grâce à une expression imagée et facile à retenir créée par quelqu’un qui voulait s’en moquer. Et c’est cela qu’on retient le plus de Fred Hoyle.

Rendons-lui justice : Hoyle finit par se ranger à la théorie au fur et à mesure que les preuves s’accumulaient, pas très longtemps après Einstein lui-même. Ce n’était certainement pas un imbécile ou un mauvais scientifique, bien au contraire, l’article « B2HF » est encore aujourd’hui une référence. Mais sa qualité principale était d’avoir été beau perdant : il ne renonça jamais à manier l’ironie.