La kétamine pourrait diminuer l’envie de boire de l’alcool

Selon des chercheurs britanniques, une petite dose de kétamine aiderait les gros buveurs à diminuer leur consommation d’alcool. 

La kétamine désigne un psychotrope utilisé comme anesthésique général. En raison de ses effets hallucinogènes, il est considéré comme une drogue récréative. Dans le cadre de cette étude, le sédatif a manifestement permis de perturber les souvenirs que les buveurs associent à la boisson.

Des scientifiques de l’University College London ont organisé une étude auquel ont participé 55 hommes et 35 femmes, qui n’avaient pas été diagnostiqués avec une dépendance à l’alcool. Ils ont bu 30 pintes de bières par semaine, ce qui correspond à cinq fois le niveau de consommation recommandé.

Dans un premier temps, ils ont été exposés à des photos de bières et d’autres boissons, ils ont évalué leur envie de boire de l’alcool et le plaisir que cela leur procurerait, puis ils ont pu boire une bière.

Les 90 participants ont ensuite été divisés en trois groupes : 

  • 1 – le même processus a été répété mais au lieu d’une bière, on leur a donné une petite dose de kétamine via une perfusion intraveineuse
  • 2 – le processus a été répété mais au lieu d’une bière, ils ont reçu un placebo via une perfusion intraveineuse
  • 3 – le processus n’a pas été répété et une petite dose de kétamine leur a été administrée 

Les trois groupes sont parvenus à diminuer leur consommation d’alcool au cours des neufs mois suivants. Ce sont les sujets du premier groupe qui se sont le plus distingués. En effet, ils ont réduit leur consommation de moitié, ils ont bu de l’alcool moins souvent (en nombre de jours) et quand on leur a fourni une bière, ils avaient moins envie de la boire et pensaient qu’ils en tireraient moins de plaisir.

Si les résultats sont “prometteurs”, il convient “d’approfondir la recherche” dans ce domaine selon Matt Field, professeur de psychologie à l’Université de Sheffield. Quant à Celia Morgan, professeur de psychopharmacologie à l’Université d’Exeter, elle a appelé à la prudence concernant les essais, rappelant les dommages sur la santé que causait la kétamine.