Pipeline and pipe rack of petroleum industrial plant with sunset sky background

Défi climatique : les entreprises polluantes en mauvaise posture

Selon une étude révélée début décembre 2019, les entreprises à forte intensité carbone devraient perdre 43% de leur valeur, eu égard aux politiques visant à lutter contre le changement climatique.

D’après le même rapport de Vivid Economics commandé par les Principes pour l’investissement responsable (PRI), les entreprises les plus engagées dans la diminution de leur empreinte carbone devraient quant à elles voir leur valeur s’accroître de 33%.

Les auteurs anticipent une augmentation de 108% de la valeur des constructeurs automobiles leaders de la mobilité électrique. Quant à ceux qui tardent à miser sur les véhicules électriques, ils verront leur valeur chuter, dans la mesure où les gouvernements prennent conscience de l’intérêt de s’affranchir des modèles essence / diesel pour atteindre les objectifs climatiques.

De plus, les 10 plus grandes entreprises pétrolières et gazières pourraient perdre près d’un tiers de leur valeur actuelle, d’après les prédictions de Vivid Economics. 

“Cette analyse révèle que les marchés sous-évaluent le risque de transition climatique” a commenté Fiona Reynolds, la PDG du PRI. Le son de cloche est bien entendu différent du côté des producteurs d’énergies fossiles. Selon Mike Tholen d’Oil & Gas UK, les firmes ciblées dans le rapport “réduisent déjà activement leur empreinte carbone”.

Selon le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney, les entreprises qui occultent le défi climatique vont faire faillite. Redoutant des changements politiques de grande ampleur, des compagnies d’assurance refusent d’ores et déjà de couvrir de nouvelles centrales électriques thermiques.