Des batteries nouvelles générations par procédé d’impression.

Des scientifiques ont mis un point un procédé d’impression innovant de films à électrolyte solide, matériaux notamment destinés aux batteries de nouvelle génération.

Les batteries au lithium-ion (Li-ion) sont largement utilisées dans les appareils électroniques portables, les véhicules électriques et les systèmes de stockage d’énergie. Cependant, la sécurité desdites batteries Li-ion a été remise en question à plusieurs reprises au cours des dernières années en raison d’un électrolyte organique conventionnel qui, dans de nombreux cas, a causé des explosions et des incendies.

Si les films d’électrolyte céramique actuels préviennent les courts-circuits occasionnés par la formation de dendrites de lithium, ils sont caractérisés par de faibles conductivités ioniques.

Une équipe de recherche dirigée par Liangbing Hu à l’école d’ingénieurs A. James Clark de l’université du Maryland (Etats-Unis) a récemment mis au point une nouvelle méthode d’impression et de frittage de films d’électrolyte solide céramique. Leurs résultats ont été publiés le 18 novembre dernier dans la revue Science Advances.

Suite à l’impression d’une suspension de précurseur sur un substrat, le film mince a été obtenu au moyen d’un frittage très bref (une consolidation d’un matériau sans aller jusqu’à la fusion) à haute température (1500°). La méthode sollicitée a été appelée  “impression et chauffage radiatif”.